DNDi (Médecins sans frontières)

http://www.dndi.org/

Drugs for Neglected Diseases initiative (DNDi) (Initiative Médicaments contre les Maladies Négligées) a été en crée en 2003 par l’Institut Pasteur et Médecins Sans Frontières avec la collaboration de quatre instituts de recherche dans des pays endémiques - la fondation Oswaldo Cruz Farmanguinhos au Brésil, le conseil indien pour la recherche médicale (ICMR), l’institut de recherche médicale du Kenya (KEMRI) et le ministère de la santé en Malaisie - et le programme spécial TDR de l’UNICEF/PNUD/Banque Mondiale/OMS en tant qu’observateur, afin de répondre aux besoins des patients atteints de maladies négligées.

L’initiative est un partenariat public/privé indépendant à but non-lucratif engagé dans la recherche et le développement de traitements nouveaux et/ou plus efficaces contre la leishmaniose, la trypanosomiase humaine africaine (maladie du sommeil), la maladie de Chagas, le sida pédiatrique, le mycétome et certaines filarioses. En 2016, DNDi a élargi sa mission en s’engageant d’une part, dans la recherche de nouveaux traitements contre l’hépatite C et d’autre part, en lançant avec l’OMS un partenariat (GARDP) pour le développement de nouveaux antibiotiques pour faire face à l’émergence progressive de l’antibiorésistance.

DNDi avait transféré en 2015 à Medicines for Malaria Venture (MMV) ses activités sur le paludisme.

DNDi contribue également à l’utilisation et au renforcement des capacités et structures existantes dans les pays endémiques avec la mise en place et le soutien de plateformes de recherche clinique régionales.

Depuis son lancement, DNDi a déjà obtenu sept résultats majeurs dont le développement et la mise à disposition de deux combinaisons à dose fixe contre le paludisme (ASAQ  ; ASMQ), de la première innovation thérapeutique contre la maladie du sommeil depuis plus de 25 ans (NECT), de la première formulation pédiatrique contre la maladie de Chagas (benznidazole pédiatrique) et d’une nouvelle combinaison thérapeutique contre la leishmaniose viscérale en Afrique aujourd’hui recommandé par l’OMS. Grâce aux résultats de ses études cliniques, DNDi a également contribué à la modification des directives pour le traitement de la leishmaniose viscérale en Asie et le traitement des enfants co-infectés avec le sida et la tuberculose.

L’objectif prioritaire de l’organisation est de rendre disponibles 16-18 nouveaux traitements contre ces maladies d’ici à 2023 et de construire un solide portefeuille scientifique de recherche et de développement.

Films dans la base

DNDi

Seuls 1% des médicaments développés sont destinés à lutter contre les maladies endémiques qui touchent les malades des pays en voie de développement. Face à ce constat, le DNDi, une association à but non lucratif, tente d’apporter une solution afin de s’assurer que les nouvelles techniques médicales servent également aux maladies négligées, comme la maladie du sommeil ou la Leishmaniose, en contribuant à transformer la recherche en traitement, pour les malades aient d’autres choix que de mourir de la maladie ou de la toxicité des médicaments.