Effort commercial (L’)

Un film de Sarah Arnold

 2020  France  Fiction  Prise de vue réelle  17 min  Couleur  Mode de production : Cinéma  VF

 Scénario : Sarah Arnold  Musique originale : Jan Vysocky  Image : Pascale Marin  Son : Jan Vysocky  Montage : Louise Decelle

 Distribution artistique : Candice Pauilhac, Anissa Kaki, Pascal Tagnati

Producteurs :
5 à 7 Films (18 Rue Louis Blanc, 93310 Le Pré-Saint-Gervais, @ : contact@5a7films.com)
Sensito films (10 rue des Bluets, 75011 Paris, Tél : 01 40 33 79 64, Fax : 01 43 55 00 43, @ : stephanie.douet@sensitofilms.com)
Twosa Films (58 chemin de Conches, CH-1231 Genève, Suisse, Tél : +41 79 217 58 41, @ : mail@twosa.com)
Distributeurs :
Sensito films (10 rue des Bluets, 75011 Paris, Tél : 01 40 33 79 64, Fax : 01 43 55 00 43, @ : stephanie.douet@sensitofilms.com)
Agence du court métrage (77 Rue des Cévennes, 75015 Paris, Tél : 01 43 80 57 65, Fax : 01 44 69 26 69, @ : info@agencecm.com)

« En décembre 2016, une employée d’Auchan faisait une fausse couche assise à sa caisse, devant les clients. On lui avait refusé les pauses et le repos qu’elle réclamait depuis que des douleurs au ventre la faisaient souffrir.

En s’emparant de cette histoire, la réalisatrice Sarah Arnold ne fait pas dans la chronique sociale réaliste. Elle rend même le travail des caissières abstrait, avec des décors en carton- pate et des clients absents, le tout filmé dans une intense lumière froide. Elle décale aussi le point de vue : l’héroïne est une jeune fille nouvellement arrivée qui va travailler au supermarché quelque temps, pour se payer un voyage en Amérique du Sud. Il y a bien une femme qui semble au bout du rouleau sur laquelle le chefaillon (lui aussi victime du système ?) semble s’acharner, mais elle restera en second plan, jusqu’à la terrible scène finale. Tout est là, dans le décalage entre une forme très clinique à la lisière de l’absurde et le fond social insoutenable qui finissent par se percuter. Par des détails (sensibles, comme les regards échangés entre caissières, ou tragiques, comme le geste du pompier), la réalisatrice dit tout de la déshumanisation et de la violence du monde du travail. » (Télérama)

Lauréat du Grand Prix France Télévisions du court métrage 2021 et mention spéciale du Jury pour l’actrice Candice Pauilhac.

Le film dans la Base cinéma & société

Chemins d’accès :
Période :