An mil, chronique de la fin du monde (L’)

Un film de Jacques Barsac

 2000  France  Docu-Fiction  Prise de vue réelle  48 mn  Couleur  Mode de production : Télévision  VF

 Adapté de : Adémar de Chabannes, Raoul Glaber, Adalbéron de Laon  Scénario : Jacques Forgeas, Jacques Barsac  Musique originale : Éric Wenger  Image : Alain Vierre, Guy Famechon, Jacques Barsac  Son : Gilbert Beaucomont  Montage : Jacques Barsac

 Distribution artistique : Rolanc Bertin, Serge Kochyne, Thérèse Liotard (voix off)

Producteurs :
Multimédia France Productions (MFP) (26, rue d’Oradour sur Glane, 75015 Paris, Tél : 01 56 22 25 00)
Aya Productions (31 boulevard de la Villette, 75010 Paris)
Distributeur :
Images de la culture (CNC) (291 boulevard Raspail, 75014 Paris, Tél : 01 44 34 34 40, Fax : 01 44 34 37 25, @ : idc@cnc.fr)

Moines libidineux ou dévorés par l’ennui, comètes en forme de glaives, forêts et ermites, évêques et reliques : des images fantastiques, à grand renfort de figurants et trucages numériques, composent cette chronique de la fin du monde. Le commentaire à double voix, délibérément anticlérical, laisse entendre des textes apocalyptiques - parmi lesquels celui du moine Adémar de Chabannes - entrecoupés d’un panorama historique de la période.

Adémar de Chabannes, jeune noble limousin offert par ses parents à l’abbaye d’Angoulême à l’âge de huit ans, a écrit une chronique des événements remarquables pour les premières années du deuxième millénaire. Il partageait le point de vue d’une partie du clergé pour qui l’an mil devait faire apparaître Satan déchaîné annonçant la fin du monde. Ainsi, contrairement aux idées reçues, la peur de l’an mil ne fut pas un phénomène de masse. Avec pour texte fondateur l’« Apocalypse » de saint Jean, ce fut le fait de religieux et d’hommes politiques qui utilisaient ce texte, qu’ils étaient seuls à lire, pour christianiser le peuple. Lequel, à l’époque, ne comptait pas les années à partir de la naissance du Christ mais à partir des débuts de règnes. L’homme de l’an mil avait donc plus peur des famines, des épidémies et des guerres que de la fin du monde. Visant à effrayer les foules dans un climat de soumission à Dieu, le mythe de la fin du monde est présent dans de nombreuses religions.

Vous souhaitez organiser une projection non commerciale du film ?

Découvrir les catalogues d’organismes de diffusion spécialisés sur le site d’Autour du 1er mai

Le film dans la Base cinéma & société

Chemin d’accès :