Régis Sauder

Films dans la base

En Nous

Il y a dix ans, Emmanuelle, professeure de français d’un lycée des quartiers Nord de Marseille, participait à un film avec ses élèves. À partir de l’étude de La Princesse de Clèves, ils énonçaient leurs rêves, leurs désirs et leurs peurs. Aujourd’hui que reste-t-il de leurs espoirs de liberté, d’égalité et de fraternité  ?

Retour à Forbach

Régis Sauder revient dans le pavillon de son enfance à Forbach. Il y a 30 ans, il a fui cette ville pour se construire contre la violence et dans la honte de son milieu. Entre démons de l’extrémisme et déterminisme social, comment vivent ceux qui sont restés ? Ensemble, ils tissent mémoires individuelles et collectives pour interroger l’avenir à l’heure où la peur semble plus forte que jamais.

Être là

Elles sont psychiatres, infirmières ou ergothérapeutes à la maison d’arrêt des Baumettes à Marseille et reçoivent des détenus devenus patients le temps du soin. Être là, c’est rejoindre cet espace unique - celui de l’écoute - une poche d’air derrière les murs de la prison.

Nous, princesses de Clèves

Aujourd’hui, à Marseille, des élèves du Lycée Diderot s’emparent de La Princesse de Clèves pour parler d’eux-mêmes. À 17 ans, on aime intensément, on dissimule, on avoue. C’est l’âge des premiers choix et des premiers renoncements.