Mémoires d’un condamné - L’Affaire Jules Durand

Un film de Sylvestre Meinzer

 2017  France  Documentaire  Prise de vue réelle  85 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma  VF

 Musique originale : Isabelle Berteletti  Image : Claire Childéric, Sylvestre Meinzer, Thomas Lallier  Son : Dominique Vieillard, Graciela Barrault  Montage : Sylvestre Meinzer

 Participants : Avec la voix de Pierre Arditi

Producteur :
Lardux films (45 ter rue de la Révolution, 93100 Montreuil, Tél : 01 48 59 41 88, Mail : lardux@lardux.com)
Distributeur :
Lardux films (45 ter rue de la Révolution, 93100 Montreuil, Tél : 01 48 59 41 88, Mail : lardux@lardux.com)

Sur une affaire qui a été comme « une affaire Dreyfus ouvrière », la réalisatrice Sylvestre Meinzer nous offre un beau film, poétique et émouvant, qui suscite de multiples échos dans un contexte actuel de criminalisation des mouvements sociaux et de régression des libertés syndicales.

Jules Durand, docker-charbonnier et syndicaliste du Havre, également membre de la LDH, a été condamné à mort en novembre 1910 pour un crime qu’il n’avait pas commis, le meurtre au cours d’une rixe d’un ouvrier non gréviste. Les jurés ont été abusés par une machination patronale qui a trouvé des relais au sein de l’institution judiciaire. Mais, dans ces deux affaires, l’institution judiciaire et les plus hautes autorités de la République n’ont pas réagi de la même façon. Malgré la mobilisation de nombreux syndicats à travers le monde, la Raison d’État tarda à reconnaître l’erreur judiciaire. Et deux mois après son procès, alors que la Cour de cassation n’avait donné aucune réponse à son nouveau pourvoi, Jules Durand a sombré irrémédiablement dans la folie.

Extraits de la note de soutien de la Ligue des droits de l’Homme

« Pour reprendre les mots de Jaurès, il a été plus difficile encore de se dresser contre « la raison d’État capitaliste » lors de l’affaire Durand, que contre « la raison d’État militariste » lors de l’affaire Dreyfus. Lorsqu’ils se sont trouvés confrontés à une machination judiciaire visant les droits sociaux des ouvriers, l’attachement à la justice de certains de ceux qui avaient pris la défense de Dreyfus a trouvé de sérieuses limites.

Le film de Sylvestre Meinzer n’est pas une reconstitution historique. Dans le Havre d’aujourd’hui, elle rencontre des hommes et des femmes qui, un siècle plus tôt, auraient pu côtoyer l’affaire Durand : syndicalistes, dockers, juge, avocats, psychiatre, voisins, famille… Chacun interroge sa propre mémoire, les luttes ouvrières et ce moment où la justice s’est comportée en justice de classe et dont Jules Durand est le symbole. A voir absolument, à faire programmer dans les salles de cinéma « amies » et à accompagner des débats indispensables. »

Pour découvrir ce film

À télécharger :
Dossier de presse (PDF - 610 Kio)
Vidéo à voir en ligne :
Plateforme CinéMutins :

Vous souhaitez organiser une projection non commerciale du film ?

Découvrir les catalogues d’organismes de diffusion spécialisés sur le site d’Autour du 1er mai

Le film dans la Base cinéma & société

Chemins d’accès :
Projeté dans le festival :

Pour aller plus loin

La Ligue des droits de l’Homme soutient le film : lire la note de soutien.