Nadia et les hippopotames

Un film de Dominique Cabrera

 2000  France  Fiction  120 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma  VF

 Scénario : Dominique Cabrera, Philippe Corcuff  Musique : Béatrice Thiriet  Image : Hélène Louvart  Son : Xavier Griette  Montage : Sophie Brunet

 Distribution : Ariane Ascaride, Marilyne Canto, Thierry Frémont, Philippe Fretun, Najd Hamou-Medja, Olivier Gourmet, Pierre Berriau, Laurent Arnal

Producteurs :
Studio canal (1, Place du spectacle, 92130 Issy-les Moulineaux, téléphone : 01 71 35 35 35)
Agat films et cie (52, rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 Paris, Tél : 01 53 36 32 32, Fax : 01 43.57.00.22, @ : courrier@agatfilms.com)
Arte France (8, rue Marceau, 92785 Issy-les-Moulineaux cedex 9, Tél : 01.44.30.46.00)
Distributeur :
Diaphana distribution (155, rue du Faubourg Saint-Antoine, 75011 Paris, téléphone : 01 53 46 66 66, fax : 01 53 46 62 29, mail : diaphana@diaphana.fr)

Novembre 1995. La France est paralysée par la grève des transports. Serge, Claire, Jean-Paul et plusieurs autres employés de la SNCF se mobilisent contre le plan Juppé. Alors qu’ils rejoignent leur base en dehors de Paris, ils rencontrent Nadia. Elle porte un enfant dans les bras et cherche le père qui l’a quittée au moment de la naissance. Comprenant son désarroi, les grévistes l’enjoignent de se joindre à eux.

La grève des cheminot·es contre le plan Juppé, qui manifeste la première offensive du gouvernement contre les retraites, est votée le 24 novembre 1995. Elle sera reconduite sans discontinuer pendant plus d’un mois et bénéficiera d’un immense soutien populaire. Quatre ans plus tard, Dominique Cabrera signe Nadia et les hippopotames, film de fiction élaboré avec d’anciens grévistes, entre autres lors des très belles scènes nocturnes pendant lesquelles les cheminots grévistes se retrouvent autour d’un brasero.

Rarement dans un film la grève aura été évoquée avec tant d’intériorité, mêlant le temps des échanges politiques avec le temps qui s’étire, la nuit, quand la fatigue se fait sentir et que les récits personnels se conjuguent à la fierté de se battre pour tou·tes les salarié·es.

La direction de la SNCF ne s’y est d’ailleurs pas trompée : elle a refusé de donner à Dominique Cabrera l’autorisation de filmer à l’intérieur d’une gare. La réalisatrice sera contrainte de tourner à l’extérieur de l’enceinte ferroviaire.

 

Film programmé lors des Rencontres cinéma et société 2021 « Vive le train ! »

Pour découvrir ce film

Vidéo :
Sur internet :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Période :
Projeté dans les festivals :